maison de l'architecture de haute savoie

 

 

  accueil dossiers débats, VISITES, expos cinéma éducation a l'architecture agenda

 

 

 

 

> DEBAT> F-H JOURDA, GREEN ARCHIs

2 mars 2016 18h30, ANNECY/ Salle Pierre Lamy
F-H Jourda, green architecte
avec RapHaËlle-laure Perraudin, architecte associÉe et fille de F-H Jourda
ciné-débat

> Télécharger le flyer

Hommage à Françoise-Hélène Jourda
à travers une série de films courts ....
et le témoignage de Raphaëlle-Laure Perraudin, architecte associée et fille de F-H Jourda



LES FILMS PROJETÉS :


/Global award for sustainable architecture, Portrait de Françoise Hélène Jourda 2007
DVD-Seine Aval, Cité de l'architecture

/Portrait de F-H Jourda
Cité de l'architecture
> Voir la vidéo

La Halle Pajol-Paris / Batimat in situ 2013
> Voir la vidéo

Prix de la femme architecte
> Voir la bande-annonce


NOS LIENS :

> jourda-architectes.com

> Hommage à F-H Jourda- Cité de Chaillot
> Les global awards

milan 2015.............. ...................................................................Françoise-Hélène Jourda - Photo DR Jana Revedin pour les Global Awards


« Le développement durable, s’il était véritablement pris en compte dans l’ensemble de notre cadre de vie, à toutes les échelles de l’aménagement, c’est-à-dire du territoire jusqu’à l’objet, serait susceptible de transformer profondément la ville, le paysage, l’habitat, les lieux de vie en général. »
Françoise-Hélène Jourda
Préambule de l’exposition « Métamorphoses durables : vivre et habiter autrement », 9e biennale d’architecture de Venise, 2004


 

 

 

Interview parue sur
le Dauphiné-Libéré- Edition 74 D
Le 1 mars 2016

 

 

 

 

Fille de Françoise-Hélène Jourda, l’architecte-urbaniste Raphaëlle-Laure Perraudin poursuit le combat pour une architecture responsable.

 

« Les matériaux biosourcés et
la question de la santé sont
les nouveaux enjeux
de la construction.»

Comment inscrire un engagement écologique dans l'architecture, aujourd'hui ?
La prise en compte de l’environnement, de la place de l’autre et des générations futures remet beaucoup en cause le métier de l’architecte. Nous ne sommes pas seulement là pour fabriquer des objets, proposer une somme de fonctionnalités mais aussi pour répondre à de nouveaux enjeux en termes de pérennité. L'architecte a moins un rôle d’artiste que celui d’un citoyen engagé, soucieux de concevoir des bâtiments qui puisent être mutables.

Les questions à se poser sont quels dispositifs constructifs et quels matériaux peuvent permettre aux bâtiments d’évoluer dans le temps ?


L’immeuble de bureau Médiacom 3, livré à Saint-Denis en 2012, a ainsi été construit structurellement et en façade pour être convertible en logements. Il s’agit d’anticiper des besoins futurs qui sont encore des inconnus.

Quels sont les nouveaux enjeux de la construction ?
On a beaucoup travaillé sur la question énergétique avec des avancées considérables sur le thermique.
Aujourd’hui, les matériaux biosourcés et la question de la santé sont les nouveaux enjeux, à prendre en compte dès les premières réflexions sur le projet. Parmi les matériaux biosourcés, il y a bien sûr le bois mais aussi les bétons chanvrés. Ceux-ci viennent juste d’obtenir les autorisations d’utilisation, et permettent de faire travailler une chaîne locale d’agriculteurs, montés en filière pour cultiver le chanvre, notamment en région parisienne.



Nous réalisons une 1re mise en œuvre à grande échelle pour l’écoquartier de l’« Ancre de lune » à Trilport ( 77). 

 
Comment prendre en compte la santé dans le bâtiment ?
La prise en compte de la santé recoupe deux éléments : la qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments avec notamment la gestion de la ventilation, le contrôle de l’impact des matériaux et l’électromagnétisme, liés aux réseaux WiFi, à la domotique, aux ascenseurs, etc.… Ces questions doivent être au cœur du projet.

Nous avons collaboré avec le médecin Suzanne Déoux et le réseau d’ingénierie santé. L’impact carbone du secteur du bâtiment est considérable, si nous continuons à construire comme avant, cela va s’aggraver. L’urgence est à l’innovation. Nous devons obtenir des « permis de faire » pour expérimenter et tester de nouveaux procédés constructifs, comme le préconise Marc Barani.


invites invites
De gauche à droite: Raphaëlle-Laure Perraudin, José Villot président ma74, Isabelle Dupuis Baldy trésorière ma74, Claude Saint-Romain vice-présidente ma74

"Prendre soin de l’autre, lui faire un abri, réparer la planète : ces envies portent l'architecture de Françoise."
Raphaëlle-Laure Perraudin



Le jardin botanique, Bordeaux 2003, architecte : Françoise-Hélène Jourda / DR PHOTO Jourda Architectes Paris

 

Construire des abris comme des cocons fonctionnels et chaleureux pour l’activité des hommes

Au jardin botanique à Bordeaux, à la Halle Pajol à Paris et dans bien d'autres bâtiments, elle conçoit une enveloppe thermique capable de générer un micro-climat au sein du bâtiment, qui semble naturel. Une sensation d'air frais l'été, un, climat méditeranéen en hiver.

Réparer la planète avec une architecture à l’énergie positive et à faible empreinte carbone

Très vite, Françoise-Hélène Jourda fait de la construction bois, le fer de lance d’une architecture durable, innovante et vivante, qui se veut avant tout tournée vers les autres, les hommes et les femmes qui vont l’utiliser de générations en générations. La notion d’évolution ou de mutation du bâtiment au fil du temps est également au centre des préoccupations de l’architecte, comme un autre point essentiel pour une architecture responsable et soucieuse de son devenir.

 

salle raphaelle laure perraudin