maison de l'architecture de haute savoie

 

 

  accueil dossiers débats, VISITES, expos cinéma éducation a l'architecture agenda

 

 

 

> DEBAT> ARCHI-DANSE !

20 avril 2016 18h30, ANNECY/ Salle Pierre Lamy
archi-danse !
avec florent ottello, fabienne marcoux et jacques chappaz
ciné-débat
> Télécharger le flyer

 

Le danseur Florent Ottello nous invite à une danse participative composée à partir de mouvements élémentaires du corps.
L’architecte Fabienne Marcoux explique, comment sa pratique de la danse nourrit une démarche centrée sur les usagers du lieu.
Jacques Chappaz, danseur de la Cie Martine Roux revient sur ses expériences dansées dans des lieux inattendus.

La vidéo du ciné-débat ARCHI-danse

LA VIDÉO DE LA CONFÉRÉNCE
> youtube.com/watch

LES FILMS PROJETÉS :
Lieu d'être
Journal d'un seul jour

Compagnie ACTE

Cartes postales d'Annecy
L'appart
L'école buissonnière
Manèges
> Voir la vidéo

NOS LIENS :
> tekhne-architectes.com

> compagnie-acte.fr
> compagnie Martine Roux
Résid. Hélios - 74330 Sillingy 
tél : 04 50 68 72 98 
> Florent Ottello, cie-lagalerie.fr

milan 2015

Une danse participative
pour prendre conscience de l'espace de son corps
et de l'espace de l'autre


invites invites

Et vous, comment bougez-vous dans la ville et dans vos intérieurs ? Comment le mouvement modifie la perception de l’espace ? Qu'est-ce que la danse peut apporter à l'architecture ?  

....................................................................................Sur le plateau de gauche à droite : Jacques Chappaz, José Villot, Flornt Ottello, Fabienne Marcoux, Christelle Grass-Commeau

 

 

 

 

 

 

Vers une architecture sensible

"Qu'est ce qui est important pour l'être humain ?
Habiter aujourd'hui qu'est-ce que cela veut dire ? La question environnementale ne se réduit, ni au bilan énergétique, ni à des données mesurables. Le bien-être dans l'espace et la place que l'on laisse au mouvement sont essentiels. Il faut remettre le sensible au cœur du projet. 

La compagnie ACTE investit des lieux et travaille avec la participation des habitants. Elle donne à voir la part du vivant. Dans le monde très compliqué et très rapide dans lequel on vit, on en a besoin pour redonner sa place au vivant. L'art réside moins dans le fait de créer du beau, que dans celui d'éliminer ce qui nous empêche de voir.

Être architecte c'est remettre le sensible au coeur du projet. L'architecte doit impulser des choses et aborder le lieu pas seulement en termes de fonctionnalités mais en termes d'usage et de partage."

Fabienne Marcoux, architecte mécène de la compagnie Acte


Sculpter le volume

"La danse sculpte l'air, l'architecture sculpte le volume. Les deux disciplines, les points de référence sont notre propre corps, celui de l'autre et l'espace qui se crée autour. On retrouve ces éléments dans le nombre d'or comme dans le Modulor de Le Corbusier."

Florent Ottello, danseur architecte


Inciter au mouvement

"En définissant la fonction oblique, l'architecture Claude Parent refusait le dogme de l'horizontal et la verticale pour ne pas figer le mouvement. Il cherchait à concevoir une architecture dynamique.

Etre en déséquilibre pour être sans cesse en mouvement."


Aller à la rencontre des gens dans des lieux insolites

"Quand on joue dans des salles de classe, les élèves sont un peu chamboulés. C'est la même chose quand on investit une carrière, le jardin de l'impérial, le manège du Haras d'Annecy, ou que l'on danse les pieds dans l'eau un début octobre sur la plage d'Albigny.

La danse bouscule les codes et les usages dans lesquels on s'enferme. Elle nous fait sortir des cases."

Jacques Chappaz, danseur de la compagnie Martine Roux

 


Dépasser le cadre que l'on nous propose


"Nous dansons clandestinement dans des lieux publics. La chorégraphe nous guide avec des indications de mouvements dont certains ont été répétés en cours. Une grande place est laissée à l'improvisation.

A la Tour Misaine, nous avons investi un appartement qui venait d'être vidé. Nous avons créé une chorégraphie qui part de la fenêtre et du cadre et s'empare de tout : la salle de bain, les bouteilles vides restées en place, les carreaux du sol pour jouer à la marelle.

Au manège du Haras : solos de filles, jeu de canapés où chacun devient l'assise de l'autre et enfin duo d'hommes chevaux."

Archi danse !